En 2024, le programme Cities Changing Diabetes devient Cities for Better Health. Le programme renforce son engagement pour une meilleure santé, en ne se concentrant plus seulement sur le diabète mais à l'intégralité des pathologies cardiométaboliques. 

L’environnement urbain influence les modes de vie (alimentation, mobilité, etc.) avec un impact sur la santé. Deux tiers des personnes diabétiques de type 2 habitent en zone urbaine. Les villes sont ainsi en première ligne dans la lutte contre ce fléau qui touche 537 millions d'adultes dans le monde.

Cities for Better Health®  est un programme de prévention mondial contre le diabète et l’obésité porté par Novo Nordisk. Né en 2014 et fort d’un réseau de plus de 45 villes au niveau international, le programme est une réponse à cette montée spectaculaire du diabète urbain.

Cities for Better Health se construit avec plusieurs partenaires, professionnels de santé, acteurs publics et privés, associations, ONGs. Le programme a été développé en partenariat avec Novo Nordisk, l’University College London, ainsi que le Steno Diabetes Center de Copenhague.

 

Aujourd'hui, 47 villes ont rejoint le programme Cities for Better Health et s'engagent à impulser le changement au quotidien pour les personnes souffrant de diabète et d'obésité. 

En novembre 2020, Strasbourg était la première ville française à rejoindre ce réseau déployé sur 5 continents.

Le programme international Cities for Better Health initié par Novo Nordisk pour lutter contre la hausse préoccupante du diabète de type 2 et de l'obésité en milieu urbain se déploie dans l'Eurométropole de Strasbourg. Les actions se concrétisent, les partenaires se multiplient et le nombre d'acteurs adhérant au programme augmente régulièrement. 

A Strasbourg, une large coalition d'acteurs locaux s'est fédérée pour faire de l'agglomération alsacienne un territoire de prévention du diabète et de l'obésité, en agissant en particulier auprès des jeunes et des personnes en situation de précarité alimentaire. 

Photo d'un groupe d'enfant participant aux activités sportives proposées par l'association Unis Vers le Sport

Dans le cadre de Cities for Better Health, Unis Vers le Sport intervient, dans les quartiers prioritaires de la ville de Strasbourg, à deux niveaux :

·       D'une part, en proposant des créneaux d'Activités Physiques Adaptées aux adultes diabétiques.

·       D'autre part, en mettant en place un programme combinant Activités Physiques et sensibilisation aux saines habitudes de vie auprès d'enfants de 6 à 12 ans.

Pour les adultes, les bénéficiaires peuvent participer à un ou plusieurs des 5 créneaux hebdomadaires autour des activités suivantes : multisport, gym douce et marche nordique.

Les enfants bénéficient quant à eux du programme Déjeuner Sport, un créneau hebdomadaire sur le temps de la pause méridienne. Sur l'année, chaque enfant bénéficiaire va pratiquer 30 séances :

·       20 séances d'activités physiques et sportives

·       10 séances de sensibilisation sur les thématiques suivantes : Bien manger, Bien bouger, Bien dormir et Bien utiliser les écrans.

Il y a de nombreuses similitudes dans l'activité proposée par Unis Vers le Sport à une personne diabétique et celle proposée à une personne en situation d'obésité mais quelques différences existent tout de même.


Le diabète de type 2 et l'obésité sont intimement liés, plusieurs des patients diabétiques accueillis en séances APA (Activité Physique Adaptée) sont également en situation de surpoids ou d'obésité. 


Que ce soit pour la prise en charge du diabète ou de l'obésité, nos éducateurs valorisent les activités d'endurance couplées à du renforcement musculaire. Des activités "douces'' viennent compléter la proposition.


A chacun son rythme

Quelques variations tout de même : les patients en situation d'obésité sont plus souvent déconditionnés donc l'activité pourra être d'intensité plus modérée, là où les patients diabétiques pourront, au cas par cas, pratiquer à intensité plus soutenue.


Il y a moins de restrictions également sur la nature des activités pour les patients diabétiques, notamment en créneau multisport. La charge sur les articulations est plus grande chez les personnes en surpoids ou en obésité donc l'activité doit être adaptée en conséquence.


Dans le cadre des séances à destination des bénéficiaires diabétiques, une attention particulière est portée aux risques d'hyper et hypo glycémie ainsi qu'à l'hydratation bien que lorsque le contrôle glycémique est assuré, la pratique n'est pas contre-indiquée. 

Depuis 20 ans, Unis Vers le Sport place l'Activité Physique au centre de son action, comme outil d'éducation, d'insertion et de santé.

Au sein du pôle santé, nous évoluons avec la certitude que l'activité physique revêt des bienfaits multiples sur les plans physique, psychologique, social etc, pour peu qu'elle soit organisée par des professionnels et dans le cadre adéquat.
Notre fierté, c'est de pouvoir la démocratiser au maximum et l'utiliser comme un outil permettant d'accroitre la qualité de vie des personnes du premier au quatrième âge tout en répondant à leurs envies, besoins et en s'adaptant à leurs limites.

L’ORS Grand Est est une association indépendante, principalement missionnée par les pouvoirs publics et les collectivités pour réaliser des études de santé publique. Dans ce cas, nous disposions de données préexistantes grâce au travail mené de longue date avec les 33 communes de l’Eurométropole, notamment dans le cadre de l’Observatoire local de santé du territoire. Nous avons réalisé une étude d’épidémiologie descriptive à partir de l’agrégation et de la compilation de bases de données de santé diverses (mortalité, affections longue durée, consommation de soins, etc.).

Les indicateurs extraits nous ont permis de comparer le territoire sélectionné à des territoires de référence au niveau départemental, régional ou national.

Le premier est que le taux de personnes diabétiques prises en charge au niveau de l’Eurométropole est supérieur de 23 % au niveau national et de 5 % par rapport à la région Grand Est ! Si l’on considère que 20 à 30 % des cas de diabète de type 2 ne sont pas diagnostiqués, cela donne une estimation de 36 à 41 000 personnes diabétiques type 2 sur le territoire (enfants et adultes confondus) et au moins 2 800 de type 1. Ce sont des chiffres conséquents…

Le second concerne ce que l’on appelle le gradient social de santé : il y a une étroite corrélation entre la situation socio-économique, que ce soit à l’échelle communale ou infra-communale, et la prévalence, c’est-à-dire le nombre de cas en cours. Un phénomène également observé sur les élèves en surpoids. Enfin, nous avons noté, mais cela reste à confirmer, un léger fléchissement de l’incidence qui correspond au nombre de nouveaux cas. Cela semble souligner l’impact positif des actions de prévention engagées depuis des années. Ces différents résultats pourront aider à cibler plus précisément les populations pour lesquelles mener des actions.

Nous allons confronter ces premiers éléments avec les experts du Centre européen d’étude du diabète (Ceed) et des hôpitaux universitaires de Strasbourg. Puis, nous passerons le relais aux acteurs locaux, dont l’Eurométropole. Ces derniers pourront, sous l’égide du programme Cities Changing Diabetes de Novo Nordisk, adapter leurs initiatives de prévention en conséquence.

Gisèle CALVACHE

Responsable Communication Externe et Relations Médias
Email : gecv@novonordisk.com
Tel : +33 (0)1 41 97 66 00

Carré Michelet
12 Cours Michelet
92800 PUTEAUX
France

Toute sollicitation ne provenant pas de journalistes/médias ne sera pas traitée.

E-mail : infomed@novonordisk.com
Téléphone : 0800 80 30 70 (numéro vert) ou 01 41 97 65 00