L’obésité peut sembler évidente à expliquer. Mais la véritable explication n'est pas aussi simple. Il ne s’agit pas de réduire l’obésité à une affaire de kilos en trop. Maladie chronique complexe, l'obésité progresse de façon extrêmement préoccupante à l’échelle mondiale. L’OMS estime que le nombre de personnes qui en souffrent a presque triplé entre 1975 et 2016.

Les changements alimentaires et une sédentarité accrue jouent un rôle central dans l’essor des problématiques liées au poids, en entraînant un déséquilibre énergétique entre calories consommées et dépensées au quotidien. D’autres causes sont également identifiées : prédispositions génétiques, perturbation du rythme biologique, prise de médicaments (anxiolytiques, antidépresseurs, antiépileptiques…), troubles du comportement alimentaire (hyperphagie, boulimie…), stress, consommation d'alcool…

En plus d’être elle-même une maladie reconnue depuis 1997 par l’OMS, l’obésité est un facteur de risque très important d’autres pathologies chroniques parmi les plus fréquentes : arthrose, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, apnées obstructives du sommeil, stéato-hépatite non alcoolique (NASH), certains cancers… Les répercussions psychologiques sont également dramatiques : détérioration de l’image et de l’estime de soi, anxiété, dépression…

Sans parler de la stigmatisation et des préjugés dont souffrent quotidiennement des millions de personnes atteintes d’obésité. Ainsi, accompagner la perte de poids aura un véritable impact sur leur santé comme sur leur qualité de vie.

Aujourd’hui, il existe peu d’options thérapeutiques pour traiter l’obésité alors que de très nombreux patients ont besoin d’être soutenus dans leur perte de poids.

C’est pourquoi Novo Nordisk s’engage, aux côtés de l’ensemble des acteurs, à améliorer la prise en charge de l’obésité et de ses complications.

de personnes vivent aujourd’hui en situation d’obésité dans le monde

La prévalence mondiale de l’obésité a presque triplé depuis 1975.

Avec une prévalence 4 fois plus élevée dans les populations ayant les revenus les plus faibles, l’obésité est une maladie de la « vulnérabilité sociale »

 le coût mondial estimé pour le traitement des complications liées à l’obésité d’ici 2025.

L'A.M.A adopte de nouvelles politiques le deuxième jour du vote lors de l'assemblée annuelle. L'obésité comme maladie. Disponible à l'adresse suivante : http://news.cision.com/american-medical-association/r/ama-adopts-new-policies-on-second-day-of-voting-at-annual-meeting,c9430649 . Dernier accès: Septembre 2020.

Collège royal des médecins. Le RCP demande que l'obésité soit reconnue comme une maladie. Disponible sur : https://www.rcplondon.ac.uk/news/rcp-calls-obesity-be-recognised-disease#:~:text=The%20RCP%20is%20calling%20for,as%20being%20overweight%20or%20obese . Dernier accès: Septembre 2020.

Bray GA, Kim KK, Wilding JPH, et al. Obésité: un processus de maladie chronique récurrente et progressive. Une déclaration de position de la Fédération mondiale de l'obésité. Obes Rev. 2017 ; 18:715-723.

Bray GA, Kim KK, Wilding JPH ; Fédération mondiale de l'obésité. L'obésité: un processus de maladie chronique progressive et récurrente. Une déclaration de position de la Fédération mondiale de l'obésité. Obes Rev. 2017 Jul;18(7):715-723.

La société de l'obésité.  La société de l'obésité met à jour sa position sur l'obésité. Nouvelle déclaration sur l'obésité en tant que maladie chronique. Disponible à l'adresse suivante : https://www.prnewswire.com/news-releases/the-obesity-society-updates-position-on-obesity-300769218.html . Dernier accès: Septembre 2020.

650 millions de personnes vivent aujourd’hui en situation d’obésité
Organisation mondiale de la santé. Fiche d'information n° 311 sur l'obésité et la surcharge pondérale. Disponible à l'adresse suivante: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs311/en/. Dernier accès: Septembre 2020

3X La prévalence mondiale de l’obésité a plus que doublé depuis 1975.
Organisation mondiale de la santé. Fiche d'information n° 311 sur l'obésité et la surcharge pondérale. Disponible à l'adresse suivante: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs311/en/
.Dernier accès: Septembre 2020

Une récente étude de la DREES a renforcé cette préoccupation, en révélant que les personnes issues de milieux défavorisés ont des prévalences d’obésité 2 à 4 fois plus élevées que les plus aisés ( https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/191008_-_discours_-_agnes_buzyn_feuille_de_route_obesite.pdf/ cf. page 4).“

>1milliard € C’est le coût mondial prévu pour le traitement des complications liées à l’obésité d’ici 2025.
Fédération mondiale de l'obésité. Coût des soins de santé des conséquences d'un IMC élevé. Disponible à l'adresse suivante: http://docs.wixstatic.com/ugd/6599c5_2a8fa0968efd4854b74f399abb3078c0.pdf?index=true. Dernier accès: Septembre 2020

"des études montrent que seul un tiers environ des personnes parviennent à maintenir leur poids perdu".

La recherche de Mann T et al. sur les traitements efficaces de l'obésité. Psychologue américain. 2007;62:220–233

Mann T, Tomiyama AJ, Westling E, Lew AM, Samuels B, Chatman J. La recherche de traitements efficaces contre l'obésité : les régimes alimentaires ne sont pas la solution. Am Psychol. 2007 Avr;62(3):220-33.

  • Le surpoids et l’obésité sont définis comme « une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ». Chez l’adulte, la classification repose sur le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC), correspondant au poids divisé par le carré de la taille, exprimé en kg/m2. Un IMC compris entre 25,0 et 29,9 kg/m² correspond à un surpoids et au-dessus de 30 kg/m², à une obésité.
  • Pour les enfants, il est préférable de se référer à la courbe de corpulence en fonction de l’âge.

En savoir plus: www.veritessurlepoids.fr

L’obésité est influencée par de nombreux facteurs. Une personne peut naître avec une tendance à la prise de poids, tout comme on naîtrait avec une couleur particulière d'yeux. L’aspect physiologique joue également un rôle. Lorsqu’une personne mange, les signaux hormonaux de l’estomac et de l’intestin régulent les sensations de faim et de satiété. Ce mécanisme permet de contrôler la prise alimentaire.

De nombreuses hormones sont impliquées dans des mécanismes conduisant à la reprise du poids. Leur corps est en quelque sorte programmé pour ramener l’individu à son poids de départ. Des études montrent d’ailleurs que seule une personne sur trois environ parvient à maintenir la perte de poids.

Ainsi, malgré un régime hypocalorique et une activité physique renforcée, de nombreuses personnes souffrant d’obésité ne parviennent malheureusement pas à contrôler leur poids par elles-mêmes. L’obésité est une maladie chronique et à ce titre, elle requiert une prise en charge médicale sur le long terme.

Avec plusieurs molécules en cours de développement, Novo Nordisk s’engage durablement aux côtés des acteurs de la prise en charge de l’obésité.

Notre ambition est d’aller au-delà de la R&D et de l’élargissement des perspectives de traitement. Novo Nordisk se donne pour objectif de contribuer à la sensibilisation du grand public et au renforcement de la formation des professionnels de santé, pour une meilleure prise en charge et une déstigmatisation des personnes souffrant d’obésité.

Pour comprendre l’obésité, nous devons comprendre ce qui se passe dans notre cerveau. Il semble que notre corps soit programmé pour conserver ces calories supplémentaires, probablement parce que pendant des milliers d'années, il s'agissait d'un mécanisme de survie.

C'est pourquoi les personnes en situation d’obésité luttent pour perdre du poids. Leur corps est programmé pour les ramener à leur poids de départ. Dans le cerveau, c'est comme s'il y avait un bouton qui ajuste la dépense énergétique d'une personne jusqu'à ce qu'elle ait repris ses kilos perdus.

Nous essayons de comprendre les mécanismes biologiques en jeu afin de développer des solutions thérapeutiques qui pourraient aider les personnes en situation d’obésité à retrouver leur poids d’avant la maladie.